Actualités

La sauvegarde informatique : anticiper pour mieux réagir

Incident information première réaction

La question de la sauvegarde est parfois mise de côté ou partiellement traitée en entreprise. Pourquoi ce constat ? Parce que la sauvegarde fait partie des préoccupations dont on ne s’inquiète qu’une fois un incident survenu. Manque de connaissances techniques, manque de temps ou faible prise de conscience sur l’importance d’une bonne sauvegarde, les raisons sont variées. Il est toujours temps de prendre la question de la sauvegarde à bras le corps. Pour cela, il faut penser à anticiper. Bien entendu, plus la sauvegarde de votre SI répond à une logique préventive, mieux ce sera ! Détaillons cela avec trois exemples concrets.

Cas numéro 1 : agir après l’incident

L’incident a eu lieu : hélas vous n’aviez pas de solution de sauvegarde, vous venez de perdre vos données. Dans ce scénario catastrophe, pas si improbable que ça, vous ne disposiez pas de solution de sauvegarde et vous ne faisiez pas appel aux services d’un infogérant pour s’occuper de votre SI.

En effet, les risques pour votre entreprise sont nombreux : mauvaise manipulation d’un collaborateur, attaque d’un cryptolocker, bug informatique… Les répercussions sont très problématiques :

  • Fichiers de travail perdus
  • Temps de travail passé à reconstituer les données perdues
  • Suspension d’activité totale ou partielle d’un service ou d’une entreprise entière qui n’a plus accès à ses données
  • Coût d’achat d’une nouvelle solution de sauvegarde

Dans bien des cas, quand un problème survient alors que rien n’était en place auparavant, le réflexe est de s’équiper avec le plus haut niveau de solutions possible. Cela conduit à une sortie d’argent importante qui n’aurait pas été nécessaire, ou mieux absorbée, si elle avait été faite en amont.

Un chiffre à retenir : tous les ans, les pertes de données à causes d’une mauvaise sauvegarde coûtent 252 millions d’euros aux PME françaises (selon l’institut de sondage Ipsos Mori).

Cas numéro 2 : vous aviez mis en place une solution de sauvegarde mais…

Une sauvegarde locale a été mise en place. C’est-à-dire que vous avez au sein de l’entreprise un disque dur, un NAS ou tout autre outil de sauvegarde sur lequel vous transférez vos données. C’est un très bon point de départ mais ce n’est sûr qu’à 50%.

Pourquoi ? Voyons le verre à moitié plein, vos données sont sauvegardées quelque part mais tout est au même endroit. Donc, si vous êtes victime d’un sinistre important (incendie, inondation, cambriolage, cryptolocker…), vous pouvez tout perdre. Bénéfice nul.

Afin de compléter votre sauvegarde, vos données doivent être copiées à la fois dans votre entreprise ainsi que sur un serveur externalisé. De cette façon, si un sinistre se produit sur votre lieu de travail, les conséquences seront limitées car vos données sont sauvegardées ailleurs et vous pouvez y accéder immédiatement.

Pour en savoir plus sur la quantité de sauvegardes à faire pour vous protéger complètement et anticiper toute sorte de problèmes, vous pouvez vous référer à la règle du 3-2-1. Nous avons traité précédent les 3 conseils pour votre sauvegarde informatique. On peut la résumer de cette façon :

  • 3 copies
  • 2 supports
  • 1 sauvegarde externalisée
  • 0 inquiétude pour la sauvegarde de vos données

Cas numéro 3 : l’anticipation est votre maître-mot

Crédit photo : Luke Chesser

Troisième et dernier exemple : vous avez confié la gestion de votre SI à un prestataire d’infogérance. Vous avez su anticiper et vous avez fait le choix de la sérénité. Le choix de l’infogérance, c’est faire appel à des personnes qui ont les compétences techniques pour optimiser la construction de votre sauvegarde.

Chez Novatim, nous surveillons votre sauvegarde grâce à nos outils de monitoring. Nous sommes ainsi prévenus dès qu’un incident a lieu. Cela nous permet de le résoudre au plus vite. En plus de ça, toutes les données sont sauvegardées sur divers sites, comme expliqué ci-dessus. Le prestataire d’infogérance vous accompagne et vous aide à accéder à vos données en cas d’incident plus important.

Cette solution est préventive car elle permet de déléguer, entre autres la gestion de votre sauvegarde. Nous savons, par exemple, voir si l’espace de stockage de votre NAS arrive à saturation et s’il y besoin d’en acheter un nouveau. Par ailleurs, la veille technologique nous permet de vous conseiller sur les logiciels existants. Le but est de mettre à disposition les logiciels récents à la fois plus performants et plus sécurisés.

La sauvegarde pourrait rimer avec anticipation

Et même si ces deux mots ne riment pas vraiment, ils sont totalement liés. Penser à sa sauvegarde en amont, c’est l’assurance de limiter les risques pour votre SI et votre entreprise. Le tout est de parvenir à avoir ce déclic avant qu’un problème survienne !