batbing

Les actualités Novatim

Toutes nos actualités informatiques et clients

Mylène – Assistante administrative

Cloud Computing : les éléments à retenir

Le Cloud est un secteur en pleine expansion, mais il reste, encore aujourd’hui, un concept flou, dont les tenants et aboutissants sont mal connus par les entreprises. Afin de clarifier cette technologie, nous allons nous pencher sur 6 éléments clés liés au Cloud Computing.

Virtualisation

La virtualisation est la base du cloud, sans elle, pas de cloud computing. Il s’agit de créer des machines virtuelles indépendantes afin de multiplier la capacité des serveurs physiques. On peut également parler de mutualisation des ressources, ce qui permet une réduction des coûts. Ainsi, plusieurs utilisateurs peuvent faire appel au serveur en même temps, sans risque et sans surcharge.

On notera aussi que les fonctions de paramétrage sont simplifiées, puisqu’une modification sur le « logiciel maître » sera automatiquement appliquée à tous les comptes utilisateurs.

Datacenter

Le principe même du cloud computing est un stockage des données en Datacenters, d’immenses lieux de stockage de serveurs. Leur construction est chère (jusqu’à 1milliard de dollars), car ils nécessitent de prendre en compte de nombreuses contraintes en termes de sécurité, de respect de l’environnement, de consommation électrique, de surveillance, etc.

Fiabilité

Lorsque l’on décide d’opter pour du cloud computing, les serveurs sont souvent situés loin des locaux de l’entreprise, parfois même dans un pays différent. Il est donc normal de se poser la question de la fiabilité totale du système et de son prestataire. Il a donc été mis en place le SLA (Service Level Agreement), qui définit la qualité et le niveau de service entre le prestataire et son client. Il doit notamment stipuler le taux minimum garanti de disponibilité des données. La plupart des fournisseurs reconnus sur le marché affichent ainsi un taux de disponibilité de 99,9% grâce à leurs gigantesques infrastructures.

DSI

Alors que les services informatiques géraient toute la technologie des entreprises en local, avec le cloud, tout peut se faire à distance, ce qui pourrait créer un sentiment d’instabilité pour ces métiers. Or, il ne faut pas envisager le cloud comme une menace, mais plutôt comme une opportunité pour les Directions des services informatiques, qui continuent à garantir l’homogénéité du système. En effet, le cloud permet de développer et gérer plus vite et plus facilement les applications informatiques nécessaires à l’activité des entreprises.

PME

Alors que l’on pourrait penser que le cloud computing est réservé aux grands groupes, il n’en est rien ; car grâce au cloud, les PME peuvent utiliser les applications utiles à leur activité (messagerie, CRM, comptabilité…) sans avoir à investir une grosse somme d’argent pour l’achat de licences ou de matériel spécifique. C’est donc l’occasion, pour les petites entreprises, de moderniser leurs systèmes informatiques, qui sont souvent vieillissants, sans investissement colossal (uniquement avec des dépenses de fonctionnement, de type abonnement mensuel).

Cloud privé

Alors que le cloud public est accessible à tous, le cloud privé est dédié à un seul utilisateur, soit sur ses serveurs qu’il positionne en Datacenter, soir sur les serveurs de son prestataire. Le cloud privé a pour but de rassurer le client en termes de sécurité d’accès aux données, mais présente un coût largement supérieur au cloud public (investissement dans les serveurs, les logiciels, la maintenance…).

Autre avantage du cloud privé : un temps de réponse optimal, puisque la bande passante est dédié au clien

Publié le 18 juin 2014
Retrouver toutes nos actualités
Mentions légalesPlan du siteCopyright 2018